Ovomaghaiti
OpinionRefléxion

Haïti dans l’ombre de WALKING DEAD

 

Depuis plusieurs années, la situation en Haïti est vraiment alarmante, perplexe et même périlleuse. La vie devient de plus en plus difficile et même impossible. L’augmentation vertigineuse de l’insécurité bat son plein dans tous les coins du pays, bon nombre d’universitaires se voit dans l’obligation impérative de fuir le pays dans des conditions parfois désastreuses et même inhumaines. Haïti semble attirer par la tendance de certains films de haute criminalité.

 

 

En effet, notre pays peut sembler être plongé dans une réalité à la Walking dead face à divers facteurs tels que la guerre des gangs, la pauvreté, la corruption et les catastrophes naturelles. La population haïtienne est confrontée à des fardeaux quotidiens tels que la recherche de nourriture, d’un lieu pour s’abriter, d’eau potable et de soins médicaux. En Haïti, la guerre des gangs qui dure plusieurs années a conduit à la destruction de nombreuses villes et villages, ainsi que la mort de beaucoup de gens. De nombreux haïtiens ont été contraints de quitter leur foyer et de se réfugier dans des zones reculées, ou ils font face à des conditions difficiles.

 

 

 

Au regard de cette scène cinématique, Haïti explore des dilemmes moraux que les habitants sont confrontés alors qu’ils luttent pour rester en vie et préserver leur humanité dans ce pays de plus en plus brutal. Les images choquantes, les cris alarmants des citoyens, le désespoir inquiétant, des crimes récurrents, des bandits qui tuent sans aucun état d’âme, aucun égard pour la vie humaine, les viols, les vols, le cas de kidnapping ne cesse de nous percer le cœur. Dans un communiqué publié par le directeur de l’Institut Séculier Voluntas Dei du District d’Haïti, le Père Evens FRANCIS exprime ses pensées, Les heures sont sombres, surtout à Port-au-Prince. La ville devient la scène réelle des barbaries innommables. Le non-sens semble détrôner et humilier le sens. Les forces d’inertie étalent leur inhumanité avec parade. La terreur jouit du statut de l’ordinaire et du normal. L’illogique du désordre remplace la logique de l’ordre à construire. Le chaos organisé prend la dimension d’une utopie réalisée. Jusques a quand la coupure du moteur de la machine à produire l’angoisse, la peur, la violence, la mort? L’œuvre démoniaque, de la destruction sociale atteint-elle son apogée ?

 

Le sens de l’humanitude semble disparaitre. Une multitude de traitements deshumanisant peint notre société. Notre objectif est d’exposer le cœur de cette malveillance, dissimulé dans les profondeurs de la nature humaine, et de saisir la dynamique fondamentale qui chorégraphie cette sinistre symphonie d’animosité. Le pays sombre dans une réalité cinématique, la violence et brutalité se jonglent. Des scènes vues dans la série The Walking Dead s’identifient à ce que traverse Haïti à l’heure actuelle. Il y a une recrudescence de l’insécurité, avec des gangs qui commettent des actes de violence et de meurtre. De même, dans «The Walking Dead », les scènes sont remplies de violence, avec des morts-vivants déchirant les gens et des humains se battent pour leur survie. L’ordre social s’est effondré, ce qui fait que la criminalité bat son plein. Les gangs armes ont pris le contrôle de la région, notamment la Capitale, les forces de l’ordre sont impuissantes et les citoyens se sentent abandonnés par le gouvernement, d’ailleurs qui n’est plus. Dans la même série télévisée, l’ordre social s’est écrasé en raison de l’apocalypse zombie, où les survivants doivent utiliser la force pour leur survie sans le bras des services gouvernementaux. Il faut ajouter à la liste l’émergence de la peur généralisée. La peur est omniprésente, les habitants vivent dans la crainte constante des criminels armés, des séquestrations et de la violence. Et aussi, dans «The Walking Dead», les survivants sont confrontés à la peur des morts-vivants et de la mort imminente à chaque coin et recoin de rue.

 

Néanmoins, il est à considérer que ces parallèles ne doivent en aucun cas réduire la réalité de la situation en Haïti ou la frustration visible des habitants. Cette comparaison avec un film imaginaire augmente plus aisément la compréhension de plus d’un, mais il ne faut pas laisser dans l’oubliette que la situation en Haïti est bien réelle et nécessite une attention particulière.

 

En effet, la culture du dialogue et de la cohésion constitue une denrée rare chez nos différentes élites; la misère du peuple est d’une force infernale à nulle autre pareille; la durée de vie de tous les citoyens est de 24 heures renouvelables. On ne respecte pas la sacralité de la vie humaine. Dans la philosophie Schellingienne notamment dans sa philosophie positive, nous comprenons avec intérêt que la vie que nous menons sur la terre ne se laisse pas définir, en particulier dans notre pays. La vie est évènementielle et même indéterminable. On ne peut jamais conclure la vie en dans cette cité imbibée de gangs. Elle nous fait passer de la définition à l’évènement. Bref, Haïti, la première république devient désormais le pays ou l’impossible est possible et le possible impossible. Face à ces situations endémiques et même chaotiques qui incitent le mépris et la réprobation, une question retentissante doit surgir: comment le fondement d’une nouvelle vie peut nous aider à transcender les souffrances calamiteuses qui nous gangrènent chaque jour pour parvenir alors à une espérance contre toute espérance ?

 

Dans le pays, la vie peut ressembler à celle des personnages de The Walking Dead, il faut se battre pour survivre chaque jour. Cependant, il est important de se rappeler que ce n’est pas une fiction et que les gens qui y vivent méritent le soutien et compassion. Ensemble prions le Sacré- Cœur de Jésus pour la libération de notre chère patrie.

 

Par Bill Witchelson Dier

billwitchelsondier54@gmail.com

Related posts

Célébrons notre indépendance : au-delà des vœux du Nouvel An

Ovo Mag Haiti

A genoux ou debout!

Ovo Mag Haiti

07 février 1986- 07 février 2023, où en sommes-nous après 37 ans ?

Ovo Mag Haiti

kidnapping en Haïti: Une autre forme de « peyi lòk ».

Ovo Mag Haiti

Ariel Henry fait tout pour devenir Premier ministre alors qu’il n’avait pas de projet sérieux

Ovo Mag Haiti

Tout le monde a peur, sauf les bandits armés et les dirigeants

Ovo Mag Haiti

Leave a Comment

Ovomag te propose l'information dans toute son intégralité, des analyses, des reportages et aussi d'autres contenu divertissant!